Napoli …  Imaginée
Napoli … Imaginée March 27 to April 10, 2021 Napoli Il sito web personale

Napoli …  Imaginée

The project
Monteoliveto Gallery is always in search of new original ways to promote its artists and in those particular and difficult times that doesn’t allow us to travel nor to exhibitin presence, we decided to experiment something different to stimulate our creativity. So in our Cities of Europe project we launch an exhibition dedicated to our mother city : Napoli ! 
The idea it’s not to depict the city as we know it but as it is imaginated by the artists. Some of them have been here, some of them live here and others never set foot in it.
That is why the name of the exhibition is : Napoli…Imaginée, a bridge, even in language, between countries.
To put this to work MG proposed to the artists a simple process : a text which is part of a little story, without photos, that describes a zone of Napoli with the aim of creating an original artwork inspired by these words. Artworks in a light format (paper or light, small canvas) its purpose being to travel to and through the city . Photographed in situ, they meet the zone that they represent.

The exhibition/ the artists
Virtual presentation of the exhibition March  29, at the Monteoliveto Home Gallery in Naples. Event visible on Monteoliveto Gallery website, MG Facebook, Instagram, Youtube.
The first open exhibition welcomes the 11 artists who accepted the challenge: Dominique Jeanne Benguigui, Pascale Binant, Moufida Bouamari, Audrey Christ, Ama Diamante, Giulia Giannola,  Andréa Lu, Janus, Alissa Thor, Richard Tisserant and Ciro Vignes. Others will follow. Discover their works, the story and the city with these intriguing words:

Intro
What was the sense of this trip ? They were asking it to themselves… as the countryside slowly left place to the sea in their train windows. Things have been a little bit harsh in these last months and they needed to escape the routine. The choice of the location took a little bit of time but they finally matched on a decision…This city was on their list since long time, they had different echoes from different peoples or from the medias : “It’s wonderful” “People are so warm” “Oh it’s messy” “Too many garbage on the streets…” “I saw it on tv it seems lovely but they say it’s kind of dangerous”. One day a friend, who was from there, told them “You can hate it or you can love it, there is no middle in my city, but you have to go there to know it”….
And so there they were on a train directed to…Napoli, while the sun sat on the Mediterranean Sea… Was it the right choice…? They will know once there.     

Napoli Imaginée IG

 

Gradoni Via Chiaja – Dominique Jeanne Benguigui

Aux premières heures du matin en se déplaçant du bord de mer vers le centre pulsant de la ville, il prit une rue sinueuse qui montait doucement la petite colline. D’un coup ses yeux captèrent une image suggestive…une volée d’escaliers qui prenaient toute la largeur d’une autre rue qui s’ouvrait sur sa gauche. Ce n’était pas que des escaliers, c’était un microcosme qui prenait vie. Entre le linge qui colorait les balcons, ses habitants qui sortaient et ses petits bars qui commençaient à préparer leurs tables, la ville montrait toute sa verticalité et sa densité…

 

Pignasecca – Richard Tisserant

On lui avait parlé d’un lieu pas loin du centre historique, qui était un vrai marché à ciel ouvert. Elle décida d’y aller faire un tour, en plus elle commençait à avoir un peu faim, peut être qu’elle y trouverait un petit casse-croûte…Une fois arrivée à l’entrée du quartier elle commença à se diriger lentement vers son centre. Au fur et à mesure qu’elle s’avançait elle se sentait enveloppée par la foule et ses discussions sur un ton décidément plus élevé que celui qu’on entend ailleurs et qui reflète l’énergie vitale de ce peuple mais aussi par les odeurs de nourriture et les cris des poissonniers qui, au milieu de leurs bancs ruisselants d’eau, rivalisent avec les grands ténors pour vendre leur pêche du jour….C’était une sensation étrange, elle se sentait presque prise par la masse de personnes, mais pas asphyxiée… Une pluie légère commença à se poser sur le pavement sombre qui ornait toute la rue, il fallait se mettre à l’abri, une odeur intense de friture attira son attention et elle se laissa tenter par du street food purement napolitain. Les légumes croustillèrent sous ses dents et le temps se figea…

Castel Sant’Elmo – Moufida Bouamari

Elle avait été attirée par ce promontoire qui dominait la ville et après une longue marche toujours plus ripide faite de panoramas, petites ruelles et beaucoup d’escaliers elle était arrivée à son but. Là haut pas loin des quartiers résidentiels de la ville se trouvaient deux complexes qui semblaient presque s’emboîter…l’un religieux l’autre défensif. Les vues panoramiques l’avaient toujours attirée, c’est pour ça qu’elle décida de «gravir » les murs du château sans imaginer le sens d’immensité qui l’attendait en haut…Naples s’ouvrait devant elle avec son urbanisme stratifié, ses dômes, ses couleurs, son golfe et les îles qu’il abritait en son sein…pendant ce temps l’occident réclamait le soleil et libérait des couleurs pastel à l’horizon…

 

Castel dell’Ovo – Andréa Lu

Sa promenade commença au bord de l’eau, au bord de la mer…une grande étendue d’un bleu intense. C’était ici que tout avait débuté des centaines, des milliers d’années auparavant, ici où fier s’érige une entité qui protège ce golfe. Ce château au nom particulier qui fut monastère, villa de plaisir mais au départ tout simplement une île…Megaris. Battue par les flots elle accueillit, celle qui   insuffla sa propre vie à cette terre et lui donna aussi son premier nom : Parthenope, la sirène…

 

 

Stadio Maradona – Mostra – Audrey Christ

À l’ouest de la ville un temple s’érige mais il n’est pas comme les autres…C’est une structure ovale qui recueille depuis plus de soixante ans les passions d’un peuple pour un sport qui focalise tous ses problèmes, ses joies et ses espoirs…Pendant quatre-vingt-dix minutes c’est un condensé de toute la société parténopéenne, chaque classe sociale, chaque genre, tout âge est représenté et tous sont concentrés sur un seul et même objectif…la victoire de leur équipe. Il était intrigué par cette « église » païenne qui fut intitulée au Soleil et puis à un saint avant d’être dédiée à un dieu moderne ou plutôt…un D10S…

 

 

Santa Maria La Nova – Janus

Alors qu’il voyageait de plus en plus dans les traditions et dans l’histoire de cette ville grouillante de vie…il se retrouva dans une petite place, presque close, entourée d’immeubles colorés sur deux de ses côtés et d’un imposant mur en pierre grise et sombre sur son autre côté appartenant à une des plus importantes églises de la zone. Ces “cloisons” étaient “percées” par des ruelles étroites et sinueuses. Ses yeux plongèrent dans l’une d’elles qui se révéla être un escalier voûté d’un arc qui descendait raide vers le quartier de la gare. Derrière lui, sur le seul côté vraiment ouvert de cette place, se trouvait un petit panneau marron qui, au milieu du bruit des mobylettes, révélait la vraie nature de cet espace….c’était l’antichambre du centre historique et de son dédale de ruelles connues dans tout le monde…

 

 

 

Centro Storico – Pascale Binant

Il n’y avait pas que les panoramas dans cette ville. Ça, elle l’avait compris en la regardant de son point le plus élevé en voyant cette masse d’immeubles s’adosser les uns aux autres, presque s’embrasser. C’est pour ça qu’elle décida de se diriger vers le lieu où cette densité était la plus forte, vers le coeur de ce tourbillon de couleurs…son centre historique. D’en haut il avait une forme plutôt…ovale mais une fois qu’on rentrait dans ses rues tout devenait vertical et horizontal en même temps. Ce fut là que ça la frappa, il y avait les panoramas oui mais il y avait surtout et partout…la vie ou plutôt les vies de cette ville qui s’affichaient partout. Pendant qu’elle arpentait ces rues anciennes tout devenait clair, n’importe quel angle prenait son regard, elle pouvait lire une page différente de l’histoire de Naples. Avant de s’engouffrer dans une ruelle qui commençait par une grande arcade, presque un tunnel d’accès, tellement il y faisait sombre, elle  se dit que cette sensation, au fond, était normale…les rues de cette ville n’avaient, presque, pas changé en plus de deux mille ans d’histoire…les jambes étaient fatiguées mais son cerveau, extasié, ne lui en donnait pas l’information…  

 

 

 

 

Tondo di Capodimonte – Ama Diamante

Si era diretto senza farci caso verso i limiti della città. Con la testa fra le nuvole e gli occhi che saltavano da destra a sinistra, in alto o in basso, per scoprire una nuova facciata o una chiesa di un colore diverso dalle tre precedenti. Era così passato dinanzi al Museo Archeologico e poi sul ponte che sovrasta il quartiere popolare della Sanità dal quale scorse un chiostro che era attraversato da quest’ultimo… Infine arrivò in un largo dalla forma singolare, un ovale, anche se la sua cartina parlava di un tondo, sviluppato su una pendenza importante. Tutt’intorno, palazzi dalle facciate di un giallo ocra si inclinavano anche loro alla strana forma ellittica. Avanzò verso il centro e si ritrovò in un giardinetto, inframezzato da una fontana e da una dolce scalinata, che lo distolse dal ronzìo delle macchine che affollavano la strada. Alzò lo sguardo e vide un bosco rigoglioso dal quale spuntava una reggia di un forte colore rosso; quella era la sua prossima meta…

Porto Militare – Ciro Vignes

Il mare l’aveva richiamata, dopo essere passata davanti a un imponente castello e aver visto le navi attraccare nel porto turistico, fu attratta da uno specchio d’acqua rettangolare, quasi quadrato. Lì poche barche erano ormeggiate e tutt’intorno vi erano dei palazzi bassi di colore rosso, con un tocco di pietra scura qui e là. Quelle costruzioni così precise e la presenza di alcune motovedette le diedero un’idea di dove si trovasse. Un passante le confermo’ che quella era la sede della Marina Militare e che dietro quei palazzi si sviluppava il molo di chiusura del porto. Mentre il sole scendeva lentamente all’orizzonte si rese conto che uno scafo dalla forma particolare contemplava quel bacino…Era la barca che qualche tempo fa aveva difeso i colori della città nella sfida velica più antica al mondo nelle lontane acque neozelandesi. Un Mascalzone che sorvegliava i militari….

 

Piazza Plebiscito – Giulia Giannola

Il sole era ormai scomparso e una luce grigio-bluetta che preannunciava la notte illuminava flebilmente la città. Arrivarono da due direzioni opposte in una piazza dai lati altrettanto opposti. Da una parte si ergeva una chiesa imponente incastonata in una collina che sembrava fatta solo da case una più colorata dell’altra. Il suo colonnato, bianco marmoreo, sembrava abbracciare tutto lo spazio intorno a lei e si estendeva verso l’altro limite della piazza che dal suo canto era completamente lineare ma di un rosso sgargiante…quella era l’antica dimora dei Re di Napoli e per un breve tempo anche dei Re d’Italia. Chiudeva la piazza come il muro di scena di un teatro ma dietro si estendeva quasi fino al mare…simbolo di una grandezza un po’ scalfita ma mai dimenticata. Avevano passato la giornata l’uno lontano dall’altra, per scelta… in quella piazza vasta e ormai silenziosa, si guardarono intensamente e poi senza una parola decisero di proseguire insieme…la scoperta.

Piazzetta Monteoliveto – Alissa Thor

Ils se retrouvèrent dans une petite place à la limite entre le centre historique et le reste de la ville. Ici le chaos organisé de Naples était à son paroxysme. La place se développait de forme rectangulaire sur une pente plutôt importante et se terminait en bas de celle-ci par une fontaine en marbre blanc surmontée par la statue de l’un des anciens souverains de la ville. Tout autour s’ouvraient au moins trois rues principales criblées de petites ruelles qui partaient dans tous les sens. Les couleurs étaient encore une fois les protagonistes, une église blanche par ci, un immeuble rouge par là, un autre jaune ou encore un grand palais en pierre sombre…le tout baigné dans une ambiance sonore mélangée de voix, moteurs et chaises de restaurants qui s’animent.   Les lampions avaient pris le relais sur la lumière naturelle, il faudrait bientôt rentrer…Il n’eut pas le temps de commencer à marcher, elle l’arrêta…“Et si on restait…?”

VERNISSAGE

Mardi 30 mars dans l’attente que la situation permette à l’Art de reprendre au plus vite les évènements artistiques en présence, a eu lieu en direct de la terrasse napolitaine Home gallery Monteoliveto, l’exposition filmée Napoli …Imaginée. Un récit décliné par les œuvres d’art des artistes qui ont relevé le défi, qui après avoir parcouru les lieux racontés du récit ont été aménagées de façon singulière – avec une belle sélection de livres sur Naples, ses alentours et le Grand Tour – face au Vésuve et à la mer de Naples. Le Projet continue avec d’autres lieux, d’autres artistes, d’autres œuvres…

En attendant, quelques images de la soirée/évènement.